Réservez

RÉSERVATIONS +41 27 485 04 44

Mon séjour

Check In

Check Out

Adultes

Enfants

 Offres speciales

Sentier des marmottes

Durée moyenne

Distance

Point haut

Point bas

Difficulté

1h56

6.80 km

2291 m

1654 m

Facile

Informations

Le Sentier des marmottes emmène les marcheurs sur les traces de la mascotte de Crans-Montana. A découvrir en toute discrétion.

Dans la région de Crans-Montana, la marmotte est la mascotte du pays. La portion de territoire qu'elle a le plus colonisé, c'est le secteur Cry d'Er, Bellalui, Tsa Bona, Col de Pochet, face sud du Tubang, Cabane des Violettes, Pépinet, Houlès. C'est dans ce périmètre que l'animal s'est le plus adapté à la pression humaine. Cela n'a apparemment pas affecté l'espèce: avec tout le monde qui y défile (piétons, skieurs, autos, dameuses, vélos, transports par câble, estivage des bovins), la marmotte est toujours là, et très présente. Dans cette région, elle vaque à ses occupations tout en ayant une attention très soutenue à ce qui se passe aux alentours: la disposition de ses yeux lui permet de voir la demi sphère supérieure à sa tête dans sa presque totalité à l'exception d'un cône mort très effilé sur l'arrière. Il est assez difficile de la surprendre. Sa grande sensibilité aux oscillations émanant du sol la renseigne avec une précision assez fiable sur ce qui pourrait s'approcher, alors qu'elle n'a encore rien vu venir. Entre Cry d'Er et la cabane des Violettes, le long du sentier, c'est l'endroit le plus approprié pour elle. L'inclinaison du terrain est assez raide, ce qui signifie que le sol absorbe une grande quantité d'énergie liée à son exposition au soleil. De ce fait, la chaleur est disponible jusque très tard dans la soirée et cela déjà tôt au printemps. C'est une zone d'éboulis clairsemés, où les cachettes ne manquent pas. Chaque grande pierre est un point de vigie pour les parents, tant pour surveiller les ébats des jeunes, que pour voir venir de loin le renard, l'homme ou l'aigle. Du point de vue nourriture, il y a ce qu'il faut: l'herbe y est tendre, abondante et variée. Et par-ci, par là, en dessous de quelque bloc de calcaire, il y coule de l'eau des petites sources. Pour voir les marmottes, il faut avancer le pas léger, le regard attentif, l'attention aux aguets, si possible en silence. Si vous les avez vues soudainement s'en aller, ne vous en faites pas, prenez le temps de vous arrêter confortablement, d'attendre patiemment quelques trois à cinq minutes et vous apercevrez une petite tête qui se risque par dessus une touffe verte. Plus loin, sur un bloc, une vigie reprend sa garde. Les jeunes, ayant trouvé le temps bien plus long que vous, reprennent leur jeu. De petites jumelles, légères (30 mm avec un agrandissement de 7 ou 8 fois) sont idéales. Evitez aussi les petits cornets en plastique qui emballent votre collation et font du bruit. A l'arrivée à la cabane des Violettes, plusieurs possibilités s'offrent pour la suite de votre randonnée. Vous pouvez soit regagner la station avec la télécabine, soit descendre par le chemin traversant l'alpage de Pépinet. Là vous serrez face aux cimes de plus de 4'000 mètres les plus élevées du massif alpin. Tout à droite le dôme le plus haut, c'est le Mont Blanc, puis en revenant sur la gauche vous avez le Grand Combin, droit devant c'est la couronne des cinq 4'000 d'Anniviers avec à l'arrière le Cervin, carré noir à gauche de la Dent Blanche. Plus à droite, le Mont Rose, et la chaîne des Mischabels. La descente se termine à Vermala, d'où partent les transports publics pour regagner votre pied-à-terre ou votre voiture.

Documents à télécharger

 KML