Réservez

RÉSERVATIONS +41 27 485 04 44

Mon séjour

Check In

Check Out

Adultes

Enfants

 Offres speciales

Traversée des Alpages

Durée moyenne

Distance

Point haut

Point bas

Difficulté

2h45

10.47 km

1999 m

1506 m

Facile

Informations

Jusqu'à la fin du XIXe siècle, la région de Crans-Montana était habitée jusqu'à hauteurs des villages supérieurs. Dès 1300 m il y avait les mayens, plus haut les alpages où le bétail était amené pour paître. La randonnée débute en télécabine, puis le marcheur traverse les pâturages d'altitude d'où il jouit d'une vue magnifique, jusqu'au musée d'alpage de Colombire qui raconte l'histoire du remuage.

Cette randonnée, qui débute par une montée mécanisée, vous emmènera à travers ces pâturages d'altitude, de l'un à l'autre, passant par des points de vue magnifique sur les 4'000 d'en face. Vous y verrez combien toutes les surfaces vertes non boisées ont été utilisées par les éleveurs de bétail. Votre parcours se terminera à l' Ecomusée du Hameau de Colombire en dessus d'Aminona. Une occasion de remonter le temps et découvrir comment des hôtels ont remplacé dès 1893 les mayens des paysans d'autrefois, sur ce magnifique Haut-Plateau. Jusqu'à la fin du XIXe siècle, la région de Crans-Montana était habitée jusqu'à la hauteur des villages supérieurs, chefs-lieux des communes situées entre deux rivières, la Lienne et la Raspille. Au-dessus de l'altitude 1300 se trouvaient les mayens, plus haut encore, au-dessus de 1750 mètres, se trouvaient les alpages. Au mayen, les familles vivaient encore de manière homogène. Plus haut en revanche, dans les alpages, ce n'était que le personnel d'exploitation qui y vivait quelques semaines par an, pour faire paître le bétail, et ce dans des conditions assez précaires. Seules les autochtones connaissaient ces territoires d'altitude. Les choses ont évolué avec le passage des voyageurs transalpins par la vallée du Rhône avec la venue du chemin de fer. Ces visiteurs ont eu l'envie d'aller voir les choses de plus haut. Là-haut, on s'est aperçu qu'en amont des coteaux agricoles et des pans de forêt, il y avait un magnifique et vaste plateau de mayens, qu'en dessus de celui-ci les alpages étaient verts et que la montagne qui les dominait ne nécessitait ni matériel ni guide chevronné pour la parcourir. Alors, on y est venu en villégiature. On n'a pas tardé à remarquer que l'air y était particulièrement pur, l'endroit très ensoleillé et le climat sain. C'est donc à partir de l'étage des mayens, puis des alpages, que la station de Montana-Vermala d'abord, puis Crans ensuite et enfin Crans-Montana s'est développée.

Documents à télécharger

 KML